Yandex Dzen.

Ювенальная юстиция: Что это ? Простыми словами
La justice juvénile est un système qui rend la justice sur les jeunes criminels, car les règles générales ne peuvent être appliquées à cause de l'âge. Dans la législation de la Fédération de Russie, la justice juvénale, en tant que terme, est absente, bien que au 19ème siècle, des punitions d'adolescents et d'enfants de notre pays ont été modifiées. Et merci

Justice juvénile: Qu'est-ce que c'est? Mots simples

La justice juvénile est un système qui rend la justice sur les jeunes criminels, car les règles générales ne peuvent être appliquées à cause de l'âge. Dans la législation de la Fédération de Russie, la justice juvénale, en tant que terme, est absente, bien que au 19ème siècle, des punitions d'adolescents et d'enfants de notre pays ont été modifiées. Et merci

Alexandre La seconde a été créée des colonies et des abris pour les enfants et les règles des criminels juvéniles ont été déterminées.

Dans la Russie moderne, malgré le manque de terminologie, il existe des structures qui jouent ce rôle. Ceux-ci incluent des organismes de tutelle et des ministères juvéniles de la police. Mais il n'y a pas de tribunal pour les jeunes délinquants.

Malgré la présence de travail avec des mineurs en Russie, les principes de base de l'interaction avec eux sont venus à nous des États européens. Ce sont ces principes qui mentent au cœur des normes internationales. Celles-ci incluent la prévention du crime chez les adolescents, la réhabilitation des enfants (crimes commis et victimes de crime, protection de la famille).

Selon les normes internationales, les structures juvéniles incluent:

1. Courts. Si la poursuite dans laquelle les mineurs sont impliquées est considérée par un tribunal spécial. 2. Systèmes d'autorités qui sont engagés dans l'intérêt des enfants atteints d'affaires intraméales. 3. Pour les activités juvéniles, citons le travail d'organisations spéciales non commerciales impliquées dans les mineurs.

L'objectif principal de la justice pour mineurs est la protection des droits de ceux qui n'ont pas encore atteint la majorité. Garanties des enfants et des droits des adolescents envers les adultes et la protection contre tout type de violence pouvant recevoir des mineurs des aînés.

Les éléments de «normes juvéniles» sont contenus dans un certain nombre d'actes juridiques de la Fédération de Russie, mais ce n'est pas totalement conforme. La cause des contradictions émergentes est la mentalité nationale. Par exemple, en Russie contre l'introduction de normes européennes, il y a ROC. L'Église orthodoxe croit que "Yuvenka" ne protège pas tant les droits des enfants, combien contribue à la sénomination de la famille de la famille, formée dans notre pays depuis des siècles.

Probablement, les normes pour lesquelles travailler avec des enfants et des adolescents seront construites plus d'une fois. Un fait inconditionnel est un fait: il est impossible de juger des juvéniles comme des adultes. Mais la permissivité des enfants est également inacceptable. Par conséquent, des structures menant à des travaux dans cette direction sont nécessaires dans chaque pays.

Bonjour chers amis! Vous avez probablement entendu parler du système de justice pour mineurs, sur le fait que les enfants prennent des enfants et les mettent dans des institutions spéciales ou des familles adoptives. Le terme lui-même peut être traduit par "justice jeune". Maintenant, je vais essayer de clarifier avec des mots simples ce que la justice juvénile est, y compris quel type de relations il a pour la Russie.

Ce que c'est?

Dans la législation de la Russie Pas de définition du terme "justice juvénile" . De plus, une telle phrase n'est pas utilisée. Mais la définition de ce terme est en science. Ces phrases sont également utilisées dans le discours de conversation et ont une certaine signification.

La justice juvénile est un système d'autorités qui exercent la justice juvénile, le contrôle de l'État sur les familles "défavorables" dans l'intérêt d'un mineur.

Dans l'ensemble Sous le "juvénile" comprendre

  • Tribunaux sur les affaires juvéniles. Cela signifie que le procès avec la participation d'un mineur (civil ou criminel) est transféré à Tribunal spécial
  • Les activités des autorités en «ingérence» dans des affaires intimidées dans l'intérêt d'un mineur. Malgré le fait que le mot "intervention" est pris dans des guillemets - cela ne signifie pas que je voulais donner cette couleur négative de ce mot. En outre, les activités d'organisations non commerciales spécialisées peuvent être attribuées à des juvéniles.

Actuellement Il n'y a pas de courts juvéniles en Russie Mais il y a des autorités dont les activités peuvent être appelées «juvéniles». Tout d'abord - ça tutelle et tutelle et le service de police des mineurs.

Voici une autre définition:  

La justice juvénile est une combinaison des forces de l'ordre, des tribunaux et des autorités administratives, dont les activités légitimes visent à mettre en œuvre la loi soumise à la participation d'un mineur.

Au fait, Wikipedia donne une définition Ce terme est dans une signification étroite:

Justice pour mineurs - Système d'institutions et d'organisations engagées dans des conseils juridiques réalisés par des mineurs

Valeurs européennes

La technologie juvénale nous est venue de l'Europe. Malgré le fait que, dans l'Union soviétique et en Russie, il y avait une pratique indépendante pour la protection des mineurs, néanmoins Il y a des normes et des principes internationaux que la Russie s'efforce de suivre

Parmi les actes internationaux, les éléments suivants peuvent être distingués:

  • Convention des Nations Unies "sur les droits de l'enfant".
  • Convention européenne "sur la mise en œuvre des droits des enfants".

La Russie tente d'apporter sa législation conformément aux normes internationales. Cela ne fonctionne pas toujours. Parfois, il existe des contradictions entre la norme internationale et la mentalité interne.

Législation de la Russie

Les éléments de la législation "juvénile" figurent dans les actes juridiques réglementaires suivants:

  • Code de la famille de la Fédération de Russie.
  • Législation procédurale pénale.
  • Code des infractions administratives.
  • FZ "sur les bases d'un système de prévention de la négligence et des infractions de mineurs".
  • FZ "sur la protection des enfants de l'information qui fait mal à leur santé et à leur développement."
  • FZ "sur les garanties de base des droits de l'enfant".
  • Les décrets pertinents du président et le décret du gouvernement visaient à protéger les droits des enfants et à toutes sortes de garanties.

Les éléments du développement du système juvénile peuvent également être considérés Stratégie d'action nationale pour les enfants pour 2012 - 2017 qui a été approuvé par le décret présidentiel. La stratégie, entre autres, prévoyait des mesures visant à créer une amicale de la justice pour enfants.

Qui peut être membre de la technologie juvénile?

  • juges;
  • officiers des forces de l'ordre;
  • Médiateurs;
  • psychologues;
  • Enseignants sociaux;
  • Les travailleurs sociaux.

Supporters et adversaires

Le système de justice juvénile a à la fois des partisans et des adversaires. Pour autant que je sache, les députés de la Douma d'État, I. Yarova et E. Lakhov peuvent être attribués aux partisans. Par exemple, une figure aussi socio-politique que celle de S. Kurginyan s'applique aux adversaires de Yarym.

Pratique de l'application de la loi

Personnellement, je crois que l'idée même de protéger les droits mineurs est bonne et naturelle. Qu'il vaut la peine de créer une branche judiciaire distincte - une question controversée. Il est nécessaire de reconnaître que dans la masse principale de citoyens de la Russie avec prudence aux technologies juvéniles. Je pense que cela vient d'une inclination générale de ne pas faire confiance au système de l'application de la loi et de la magistrature. Toute interférence du pouvoir dans les affaires intraméales est perçue négativement.

Les stéréotypes ou les tendances font référence négativement aux autorités ne résultant pas de zéro.

Exemple

Une famille de six enfants a déménagé dans une nouvelle maison. Et immédiatement la famille a commencé à assister aux autorités de garde et de tutelle. Si vous croyez ce qui est dit dans la vidéo, on peut comprendre que les autorités des autorités se sont comportées à Hamski et au lieu d'aider, allongé à la "répression".

Je pense que tout le monde comprend qu'une famille avec six enfants peut rencontrer certaines difficultés. Les autorités devraient aider dans de tels cas et non à créer des difficultés supplémentaires.

Après que le rouleau des actions inadéquats des autorités ait participé à l'air, la situation a changé. Il est arrivé "chef de PDN" et a réellement reconnu l'action de ses subordonnés illégaux.

Naturellement, tous les cas ne peuvent pas être fixés dans l'ordre manuel. Sans surprise pourquoi les technologies juvéniles provoquent une telle négative dans la société.

J'espère que l'article s'est avéré utile pour vous!

Sur la justice juvénile au cours de la dernière décennie, de plus en plus sont dites. Les sœurs khashachaturies entreprises résonantes se trouvaient le public. Trois sœurs ont tué son père, poignardé un couteau. Comme il s'est avéré plus tard, il les a violés pendant de nombreuses années, humiliée et se moquée de tous les égards. Peut-être que si la justice juvénile en Russie a travaillé, cela ne se produirait pas.

Mais dans l'ouest, la justice juvénile fonctionne comme un mécanisme bien établi. Les services de protection de l'enfance (services de protection des enfants) sont obligés de réagir dans les 5 jours par n'importe quel signal. L'enseignant dans le jardin a vu une ecchymose suspecte sur la jambe de l'enfant? Les voisins ont remarqué que maman a quitté l'enfant d'un à la maison et est sorti pendant 20 minutes au magasin? Les parents rentraient chez eux tard et câble? Tout cela peut causer le retrait de l'enfant de la famille et du profond test des parents. Les mesures de contrôle sont simplement choquantes - les parents peuvent être vus à tout moment de la journée sans préavis, la demande de transmettre l'urine en médicaments, d'envoyer à un psychiatre, vérifiez les documents financiers de la famille.

En Russie, la justice pour mineurs examine la menace pour l'institution familiale ancienne des siècles. Des différends graves entre ses fans et ses adversaires ne piquent pas.

Le directeur Nikita Mikhalkov ne cache pas sa position et n'a pas avoué dans une interview: "La justice juvénile enlèverait mes enfants si je savais comment je les ai punies."

Homme politique célèbre Valentina Matvienko déclare: «Je suis contre l'introduction de l'Institut de la justice pour mineurs dans notre pays. Je crois que l'expérience des autres États à laquelle les avocats de cet institut se réfèrent ne répondent pas aux caractéristiques nationales, à la culture de la Russie, à ses peuples. "

Teneur:

Justice juvénile Mots simples - Qu'est-ce que c'est?

Justice juvénale (des mots latins "Juvenalis" - la jeunesse; "justice" - justice) - L'exercice de la justice sur les affaires commises par des enfants et des adolescents.

La communauté russe interprète le concept de justice juvénile (YUU) dans différents sens:

  • À Naser - Yuu est une direction distincte du système judiciaire;
  • Dans Wide - YUU est une combinaison d'instruments juridiques et de mécanismes qui existent pour assurer la protection des intérêts, des libertés et des droits des mineurs mis en œuvre avec l'aide de structures étatiques et spécialisées.

Pour la première fois sur le statut spécial des enfants dans le système judiciaire, ils ont parlé dans les années 1870 en Amérique. Il s'agissait d'une question qui appliquant des punitions ordinaires aux enfants est inappropriée et des mesures alternatives devraient être fournies. Il s'avère que le système initial juvénile était censé protéger les violateurs mineurs face à la justice, ainsi que pour contribuer à la formation d'une politique particulière d'examen des cas d'infractions impliquant des enfants.

Le concept officiel de Yuu sonne comme ceci: il s'agit d'une direction distincte des activités des organismes d'État (tribunaux, institutions correctionnelles, services de la force publique et autres), exerçant la prévention et la justice pour les mineurs ou contre les juvéniles, notamment:

  • Prévention du crime chez les deux enfants;
  • Réhabilitation socio-psychologique des victimes d'infractions, d'enfants et d'adolescents qui ont commis un crime;
  • Protection sociale des droits de l'enfant.

La nécessité pour le système juvénile s'explique par le fait que, dans la société moderne, une augmentation terrifiante de la violence à l'encontre de l'enfant de la petite enfance. Les partisans de la justice croient que les enfants ont les mêmes droits que les adultes.

Avez-vous peur pour votre enfant? Installez l'application «où mes enfants» pour venir à la rescousse à l'heure! Avec lui, vous saurez toujours où votre enfant est situé, vous pouvez écouter l'environnement et communiquer légèrement si nécessaire.

Principes de justice juvénile

Une brève liste des principes clés Yuu:

  1. Aux droits égaux de l'enfant et des adultes. Pour humilier la dignité des enfants, battre ou forcer contre une action illégale est inacceptable.
  2. L'enfant a le droit de défendre personnellement ses intérêts devant le tribunal, se plaignant des parents. Les organes de justice, à leur tour, doivent immédiatement vérifier comment les parents concernent les enfants.
  3. Avec les écoles, les hôpitaux, les tribunaux et d'autres organismes participant au système et aux institutions juvéniles devraient être des travailleurs sociaux spéciaux, ainsi que des psychologues pour enfants.

Dans les systèmes existants dans d'autres pays, l'intervention de l'État est exclue. Pour cette raison, la procédure est resserrée pendant longtemps.

Justice juvénile en Russie

Sur le territoire de la Fédération de Russie, la justice juvénale existe sous une forme du moment de l'indépendance. Donc, la plupart des droits et de garanties de mineurs sont établis dans le code de la famille. En outre, les documents normatifs sur le système juvénile comprennent la loi du 24 juin 1999 N 120-FZ, qui détermine les bases du système de prévention de la négligence et des crimes parmi les mineurs et la résolution du plénum de la Cour suprême du Fédération de Russie du 01.02.2011 N ° 1.

En 2009, le poste de commissaire en vertu du président de la Fédération de Russie a été officiellement introduit. Selon 2016, il existe 11 compositions de juges spécialisées dans les affaires juvéniles.

Il n'y a pas de loi distincte sur la justice juvénile dans la Fédération de Russie.

Points pour et contre

Les différends sur la justice juvénile ne sont pas souscrives. Elle a à la fois des partisans ardents et des adversaires confiants. Le sens de la confrontation réside dans l'impossibilité d'une interprétation claire des objectifs et des tâches du système. L'adoption du projet de loi sur YU entraînera de nombreuses conséquences que la société est interprétée comme des arguments "pour" et "contre".

Les partisans de Yuu font une grande offre que, en Russie, vous devriez introduire des tribunaux juvéniles et des programmes spéciaux pour la réhabilitation des criminels mineurs. La principale raison de cela est un niveau élevé de criminalité (tous les 25 du total), qui sont commis par des enfants ou des adolescents, ou avec leur participation. Ces informations sont présentées dans le rapport du ministère des Affaires intérieures de la Fédération de Russie "L'état du crime en Russie" pour 2019.

Arguments pour"

Arguments contre"

 

Informer les enfants sur leurs droits, ainsi qu'une interprétation fidèle du concept de «violation des droits de l'enfant».

Une famille de Novokuznetsk a adopté plusieurs sessions du tribunal, et toutes parce que l'enfant a déclaré que le père "divise". En conséquence, le père de la famille se repentait, mais n'a pas échappé à la punition. Maintenant, il est en prison.

 

Fournir des droits légaux aux enfants à appliquer aux adultes, y compris les parents.

À Philadelphie, l'enfant a poursuivi sa mère pour lui donner naissance dans ce monde, des guerres complètes et des dangers.

 

La formation d'un département spécial qui sera engagé chez les enfants et les adolescents d'un groupe de risque.

Information obligatoire pour tous ceux associés aux enfants (médecins, enseignants, éducateurs).
 

Introduction du poste de médiateurs dans les écoles.

 

L'encouragement de la perte de voisins, de passants et d'autres non indifférents.

 

Création d'un système distinct d'autorisations pour les mineurs avec atténuation des conséquences.

 

Annulation du droit préventif des parents à l'éducation de leurs propres enfants.

 

L'introduction de sanctions pénales pour les parents pour certains types de punition de leurs enfants, y compris la privation de droits parentaux.

 

Une augmentation de l'autorité des services sociaux liés aux enfants.

 

Correction des connexions sociales violées à la suite d'un crime de mineurs ou de mineurs.

 

Accès gratuit de représentants de corps juvéniles de la famille avec suspicion d'actions illégales contre les enfants.

Attirer pour la justice sur des juges spéciaux mineurs, des travailleurs sociaux et des psychologues pour enfants.  

Diagramme simplifié des enfants saisis des familles.

Les entités de Yu fourniront des exemples de pays européens dans lesquels les enfants retiraient des enfants auraient une activité complète aux fins de profit sur la vente de personnes vivantes.

La tendance à la question de la criminalité des enfants est positive (-7,1% par rapport à l'année précédente), mais la présence d'un tel certain nombre de délinquants indique l'imperfection des mesures éducatives, préventives et de réadaptation utilisées dans le pays. Selon les partisans de la justice juvénile, son introduction améliorera également sérieusement la situation.

Les opposants à la justice juvénile insistent sur le fait que les autorités de contrôle recevront des pouvoirs illimités et choisiront les enfants de toute suspicion de violation de leurs droits (par exemple, une augmentation de la voix). En outre, le système n'est pas extrêmement approuvé par des représentants de la spiritualité orthodoxe, car dans les textes religieux, il est souvent axé sur les autorités des parents sur les enfants, les responsabilités des enfants sont incontestées à obéir à leur volonté.

En tant qu'exames de l'insuffisance du système juvénile, des opposants à la justice ont des cas de résonance de la justice. Parmi eux, le cas d'une famille sibérienne, dans laquelle un homme menace de 3 à 7 ans pour le fait qu'il était "submergé" de son fils mineur. Chronologie de l'histoire:

  1. L'un des parents de la famille a écrit une dénonciation à la police que son fils a battu son fils.
  2. Au lieu de résidence, les représentants des gardiens et des policiers sont arrivés, ont pris l'enfant et l'ont placé dans le SRS (Centre de réhabilitation).
  3. Examen effectué, une enquête mineure sans la présence d'un représentant de la loi.
  4. L'enfant a été retourné à la famille et une affaire pénale a été amenée à son père.
  5. L'enfant pendant la cour a refusé son témoignage.
  6. Les procédures sont toujours en cours.

Au cours de l'enquête, il s'est avéré qu'il n'y avait pas de coup de poubelle. Père comme une étape de graduation a été frappé son fils sans nuire à sa santé, il a confirmé ses paroles devant un tribunal. En outre, l'homme insiste sur le fait qu'il aimait toujours et aimera son enfant, des citations de la Bible sont données comme des arguments.

Les opposants de Yuu sont convaincus que l'exemple de cette famille est indicatif: le père n'est pas un marginal, les gens vivent bien, et à cause du pouvoir illimité de la garde des corps de la chargeur peuvent aller au lieu d'emprisonnement de 3-7 années. Ils croient que dans la situation actuelle dans le pays pour rechercher véritablement "droit" et "faux" personne ne le fera.

La loi sur la violence domestique familiale

Le projet de loi sur la prévention de la violence familiale-nationale a d'abord été discuté dans la Douma d'État en 2016. L'initiative est expliquée comme suit: En Russie, le mécanisme de protection des victimes de violence familiale est mal développé. L'une des exigences essentielles était que la violence à l'intérieur de la famille devient l'objet des poursuites publiques et privées. C'est-à-dire que la victime elle-même peut déclarer des infractions, son représentant ou des témoins.

La version initiale du projet a été prise de manière critique. Immédiatement, il y avait des opposants au concept, convaincu que la loi implique l'introduction de mesures répressives à l'encontre des personnes qui sont soupçonnées de violence domestique. La même année, le projet de loi a été envoyé au raffinement.

Selon les députés, promouvoir le projet de loi, cette loi protégera les femmes, les personnes âgées et les hommes souffrant de violence domestique. Cela garantira également une assistance maximale aux victimes (économique, sociale, psychologique).

En ce qui concerne les enfants qui sont devenus des objets ou des témoins de violence familiale, aucune normale individuelle dans le projet de loi n'est fournie. La loi devrait être introduite pour protéger d'autres citoyens du pays. Il n'a donc rien à voir avec la justice juvénile.

Recommander à l'examen du projet de loi a été décidé dans le cadre de deux questions fortes liées à la violence familiale:

  • L'affaire est Margarita Gracheva. En 2017, le conjoint lui a coupé les deux mains avec une hache. Avant cela, la femme a fait appel à plusieurs reprises à la police, rapportant des coups de temps réguliers de son mari. Les réactions des organismes chargés de l'application de la loi n'étaient pas à la hauteur de l'incident.
  • Sœurs de cas Khashaturian. En 2018, les filles ont tué le Père pour qu'ils soient battus à plusieurs reprises, humiliés et violés.

Après ces événements dans l'état Douma, les audiences ont commencé à mener des audiences sur des questions de finalisation.

Option actuelle Texte La loi est publiée sur le site Web du Conseil de la Fédération à la fin du mois de novembre 2019. Selon les données les plus récentes, le projet recyclé devrait être versé à la fin du 20 janvier 2020.

Conclusion

La justice juvénile est un système de lois sur l'État, de mesures et d'organes spéciaux qui protègent les droits des enfants et des adolescents. Appelez les tribunaux Yuu pour les mineurs - mal.

Les systèmes juvéniles ont été appliqués avec succès dans de nombreux pays d'Europe et des États-Unis, en Russie, il n'y a que certains des mécanismes de justice.

La justice juvénile ne concerne pas la loi sur la violence familiale-nationale, qui est maintenant à la dernière étape. La confusion entre concepts se pose en raison de la prise de conscience du public insuffisant à leur essence et à leur objectif.

Trouver un compromis dans les différends autour du problème de Yuu est difficile. La propagande féroce des militants dans les médias ne permet pas de réaliser l'importance et le potentiel du concept. Mais l'idée d'accroître la priorité des tâches relatives à la prévention, à la justice et à la réhabilitation des mineurs mérite explicitement l'attention.

Pour la justice juvénile en Russie, ses adversaires parlent le plus souvent, définissant le "juvénile" comme un système de contrôle des familles dans lesquels les parents ont des enfants (et ne reviennent jamais). À leur avis, c'est précisément cela qui se passe constamment aux États-Unis et aux pays d'Europe occidentale, où la justice juvénile adoptée au niveau de l'État. Meduzacare démontait, est-ce tellement (il n'y a pas de spoiler) et répond aux autres questions honteuses sur les technologies juvéniles.

Cet article fait partie de notre soutien aux bienfaiteurs MEUZACARE. Tous les matériaux sont disponibles sur un écran spécial.

Qu'est-ce que la justice juvénile?

La justice juvénile est une justice moderne des enfants. Il est apparu à la fin du XIXe siècle sous forme de navires spéciaux pour les enfants qui ont commis des crimes. L'objectif de ces navires est différent de celui de la justice ordinaire. La cour juvénile provient du fait que le crime commis par l'enfant n'est pas sa faute, mais sa peine. Par conséquent, vous n'avez pas besoin de blâmer et de punir les enfants, mais de changer les conditions de leur vie, d'élever et de socialiser.

En 2011, le plénum de la Cour suprême a appelé les technologies juvéniles à travailler avec des mineurs qui sont devenus des participants au procès. Parmi eux: procédures de conciliation et médiation (victimes et sa propre famille), mesures de soutien social qui devraient réhabiliter un enfant dans la société, assistance psychologique. En outre, lorsque l'on considère que les cas de mineurs, de lois procédurales criminelles et pénales fournissent des sanctions et des procédures spéciales: la capacité de tenir des sessions de cour fermées (afin de protéger l'enfant de l'intervention excessive des médias), la participation obligatoire des représentants légaux, forcés mesures d'impact de l'éducation au lieu de casier judiciaire et t. d.

La justice juvénile est inscrite dans la plupart des pays. Par exemple, en Grèce, aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne, en Suisse et autres.

Dans les pays où la technologie juvénile est développée, les tribunaux juvéniles sont privés de la privation des droits parentaux?

Différents systèmes nationaux sont disposés différemment. Mais en règle générale, les tribunaux juvéniles envisagent des affaires pénales et d'autres infractions commises par des mineurs. Une décision sur la privation de droits parentaux est acceptée par la famille ou les tribunaux ordinaires conformément à la législation familiale. En Russie, les tribunaux ordinaires prennent la décision de priver les droits parentaux. Nous n'avons aucune famille ni tribunaux pour enfants.

Pourquoi avez-vous besoin de justice juvénile s'il y a des tribunaux ordinaires?

Travailler avec des mineurs, vous devez comprendre la psychologie de l'enfant. Dans les pays dotés de technologies juvéniles développées, il n'est pas nécessaire de créer des tribunaux juvéniles distincts - parfois des spécialistes ayant des spécialistes ayant des spécialistes qui ont une éducation et une formation spécialisés pour travailler avec les enfants travaillent dans les tribunaux les plus courants.

Y a-t-il une justice juvénile?

Il n'y a pas de tel concept dans le système juridique russe. Bien que la technologie juvénile existe en Russie depuis 10 à 15 ans. Dans les documents fédéraux, au lieu de "justice juvénile" et de "technologies juvéniles", utilisent d'autres termes: "convivial à la justice de l'enfant" et "justice réparatrice". Ils sont mentionnés dans la stratégie nationale d'action dans l'intérêt des enfants 2012-2017 et le concept de développement des services de médiation pour la mise en œuvre de la justice de réadaptation (émergée en 2014). Vrai, aucun des documents n'est la loi - ce n'est que des recommandations.

Il était nécessaire de changer de mots dans les documents, car en Russie, il existe un puissant mouvement anti-investissement, qui comprend la justice juvénile en tant que système qui emmène des enfants des parents sanguins au moindre guide. À un moment donné, le mouvement est devenu si fort que le concept de justice juvénile a cessé de s'appliquer au niveau officiel.

En 2009, le Centre public "Réforme judiciaire et juridique" a créé l'Association de médiation réparatrice entièrement russe, qui comprend environ 30 régions. Selon le suivi du Centre, en 2018, sept régions de Russie ont appliqué des programmes de justice réparatrice dans des cas pénaux de crimes mineurs: Région de Perm, Région d'Arkhangelsk, Altaï Krai, Région de Kemerovo, Région de Tomsk, République de Chuvash et République de Tatarstan. Dans des régions beaucoup plus grandes, des programmes similaires sont appliqués dans les affaires sur d'autres infractions: les actes sociaux et dangereux d'enfants de moins de la responsabilité pénale et des affaires administratives. Les tribunaux abordés qui ne surveillent pas, par exemple, dans les Lipetsk et Sverdlovsk Les régions travaillent également dans cette direction.

Comment fonctionne cette "justice réparatrice"?

Dans le cadre de cette approche, les juges travaillent en coopération avec la Commission des mineurs, des services de réconciliation et des médiateurs, des services sociaux, des ministères des affaires des mineurs du ministère des Affaires intérieures et des Guardistes. Au stade de l'enquête préliminaire, la Commission des mineurs ou des tribunaux quitte des demandes de programmes de réhabilitation. Ces derniers peuvent inclure à la fois la réconciliation des délinquants et des travaux touchés et complexes avec la famille de l'enfant (s'il s'agit d'une famille de crise). En tout état de cause, les programmes de réhabilitation travaillent non seulement avec un délinquant juvénile, mais également avec son environnement. La Cour ne prend une décision que lorsque l'enfant adoptera un programme de remplacement.

C'est-à-dire en Russie, il y a toujours des juvéniles qui peuvent prendre un enfant?

Pas. Bien sûr, les enfants peuvent se retirer de la famille, mais cela n'a rien à voir avec la justice juvénile. Bien que dans les régions où la justice réparatrice soit utilisée, les spécialistes travaillent non seulement avec les enfants qui ont commis des crimes, mais aussi avec les familles - les aider à économiser. Par exemple, le Centre de réformes judiciaire et juridique dispose d'un programme de conférence familiale et de conseils qui sont engagés dans la prévention de l'orphelinat social.

Pourquoi j'entendais régulièrement cela en Russie, la justice juvénile fonctionne déjà - et cet instrument punissant?

Parce que dans la justice juvénile, les autorités de tutelle sont comprises à tort et parfois une commission des affaires juvéniles et de la police. Ce concept est interprété comme ils le souhaitent.

Les cas de saisie illégale d'enfants des familles sont liées au fait que, en Russie, la prévention des orphelins sociaux ne fonctionne pas bien et que les autorités de tutelle n'ont pas d'algorithmes clairs de travail: ils n'ont aucune méthode d'évaluation des situations lorsqu'il y a une grave danger pour un enfant et quand il peut être laissé dans la famille. C'est à cause de cela que le nombre de saisies illégales d'enfants de familles de sang augmente. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans notre matériel.

Alexandra Sivtsova

Avec la participation du chef du «Programme de réhabilitation de la justice pour les affaires pénales» du Centre public «Réforme judiciaire et juridique» de Lyudmila Karnosova, avocats de la Fondation des bénévoles du Charière, Olga Budayeva et Marga Offetova, avocat et famille et juvénile Spécialiste en droit Anton Zharova

Qu'est-ce que la justice juvénile, sur laquelle ils parlent tellement, quelles conséquences et risques nous attendent en cas de cette institution en Russie. Dans ces problèmes difficiles, spécifiquement pour la fondation "Changer une vie": D Institut de football de psychologie pratique et psychanalyse Lydia Tikhonovich et candidat des sciences psychologiques Andrei Sinilin.

1243492537_23C13F4F4BDBF3F9.

La justice juvénile est maintenant critiquée non seulement des conservateurs, mais également des libéraux. Illustration B177.RU.

Un peu d'histoire

Initialement, Justice juvénile (Lat. Juvenālis - Jeunesse; Lat. Jūstia - Justice) a été interprété comme la base juridique d'un système d'institutions et d'organisations engagées dans des cas d'agences d'exécution commises par des mineurs. On pense qu'elle a pris son début dans les années 70 du XIXe siècle, lorsque les citoyens de la ville américaine de Boston Cuire et Auguste A commencé à offrir aux juges de ne pas s'appliquer aux mineurs capables de rester debout sur la voie de la correction, de la peine, mais de les transférer à la présence d'une autorité de surveillance du tuteur.

En juillet 1899, le premier tribunal des enfants a été créé à Chicago. Ensuite, l'idée de la justice juvénile a été développée au Royaume-Uni, où en 1908, une série de lois sur les enfants et les jeunes a été adoptée. En France, le premier tribunal de Juvenal a été créé en 1914 sur la base de l'expérience américaine et la première Cour juvénile en Russie agissait de janvier 1910 à 1918, mais après la révolution, les idées juvéniles étaient oublia longtemps.

On pense qu'en maintenant, il existe plusieurs modèles de justice juvénile dans le monde: anglo-américains, continentaux et scandinaves.

Qu'est-ce qui est en Russie

En Russie, la justice juvénile est comprise comme le plus proche du modèle scandinave, de sorte que ses Storoniens parlent principalement des questions de "protéger les droits de l'enfant" en général et, en famille de crise, en particulier. La version russe de "Justice pour mineurs" suggère non seulement l'introduction de tribunaux spéciaux, à savoir la création d'un "système juvénile", permettant à l'État de superviser la vie des juvéniles. Dans le même temps, paradoxalement, les tribunaux universels réellement, c'est-à-dire les tribunaux compte tenu des infractions de mineurs conformément à d'autres normes que les «tribunaux des adultes» - et n'ont pas été créés en tant que système.

Par exemple, à la table ronde, "sur l'expérience des travaux et les principaux domaines d'interaction des conseils publics dans les organes territoriaux de l'Université fédérale de la nourriture de la Russie avec des administrations d'institutions correctionnelles", qui ont eu lieu à Rostov-sur-on- Don En 2007, il a été noté: «Le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies a exprimé des observations sur ce dernier (2006) le rapport de la Fédération de Russie sur la réalisation de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant. En particulier, il a été déclaré que le niveau national au niveau national en Russie n'a pas créé de justice spécialisée sur les affaires juvéniles, les travaux de réhabilitation n'ont pas été construits pour aider les délinquants mineurs au retour à la vie normale de la société. "

Mais le Comité des droits des Nations Unies sur les enfants offre aux pays d'adopter la loi sur la justice pour mineurs principalement afin de libéraliser la punition des mineurs et de ne pas limiter les droits des parents de la famille.

Justice punitive?

Le concept de "justice juvénile" et de sa pratique a rencontré une grave résistance américaine et sont considérées par de nombreux parents et experts presque comme synonyme de "psychiatrie punitive" pour les parents. Beaucoup de rumeurs et de conversations différentes surviennent autour de la justice juvénile. L'attitude envers elle est devenue très négative lorsque les premières tentatives ont été faites pour "protéger les droits des enfants" des parents politiquement peu fiables sous la forme de leur retrait des familles et - souvent sous des prétextes absurdes et arborables.

Par exemple, ils sont devenus des tentatives connues pour éliminer les enfants d'un journaliste indépendant Galina Dmitrieva À Tolyatti, dans l'activiste "Autre Russie" Olga Zhukova À Pétersbourg. Également souffert Victoria Lugananskaya , Participant d'actions de protestation à Moscou. Chef de défenseur de la forêt de Khimki Evgenia Chirikova a déclaré aux journalistes des tentatives visant à éliminer les enfants de sa famille et dans un autre activiste environnemental, Alla Chernyshevoye .

Mais l'histoire d'une femme qui n'a pas fait d'activité politique du tout, mais est tombée sous la patinoire de la justice pour mineurs. Malheureusement, il y a beaucoup de tels cas.

Au début, la justice juvénale a provoqué un rejet, principalement dans les citoyens conservateurs, les fondamentalistes religieux et les traditions des traditions, mais maintenant de nombreuses personnes sont déjà des parents et des experts assez libéraux sont également opposés à son introduction.

Intéressant les résultats du vote sur Internet, présentés sur le site Web de l'information: "pour" - 42 votes et "contre" - total 484.

Contre la justice juvénile a déjà mené plusieurs actions de masse. L'un des derniers: mille rallye, qui a eu lieu le 22 septembre de cette année dans la capitale. Les organisateurs de l'action sont le mouvement «essentiel» et l'association des comités et communautés des parents. Plus de 3,5 milliers de personnes ont traversé les rues centrales de Moscou avec les slogans "Aucun justice juvénile!", "Protégez vos enfants!"

135 000 signatures ont été collectées au rassemblement sous le président Vladimir Poutine Avec une demande d'abandon de l'introduction des normes de justice juvénile dans le pays. Les actions similaires étaient à peu près au même moment à Kazan, à Tomsk, à Bratsk, à d'autres villes de la Russie.

L'église orthodoxe a officiellement parlé contre l'introduction de la justice juvénale. Sur l'appel des croyants sur le danger de l'introduction du système de justice pour mineurs pour la bénédiction du Saint Patriarche kirill Président du Département Synodial pour les relations de l'Église et de la Société de l'archipriest a répondu Vsevolod Chaplin : "L'Église orthodoxe russe partage les préoccupations des personnes qui craignent la création de la création des autorités de l'Institut avec des pouvoirs étendus et la possibilité de multipliquer l'intervention dans les affaires intérieures de toute famille avec des enfants. En raison de la mise en place de la position de l'Église sur cette question aux représentants des autorités, des actions et des discours du public, une position active et sans compromis occupée par des croyants orthodoxes, ainsi que des adeptes d'autres religions traditionnelles, la perspective d'approbation dans le russe La Fédération d'un système à grande échelle de justice juvénile n'est actuellement pas présente. "

Être ou ne pas être?

Mais apparemment, La justice juvénile en Russie sera toujours . Probablement la même chose que dans l'histoire avec l'adoption d'un groupe de lois sur la commercialisation du secteur budgétaire, l'ensemble du cadre juridique se préparera lentement et progressivement, soigneusement et inaperçu.

En fait, près de trois ans sont passés de l'adoption d'une loi-cadre sur les services payants d'organisations budgétaires (écoles, instituts, hôpitaux, etc.) à l'application annoncée en janvier 2013, "Règles pour la fourniture de services médicaux payants", approuvé le 8 octobre Dmitry medvedev .

Il semble que approximativement une telle date limite soit également créée par la création d'un cadre juridique pour la justice juvénile. De plus, il ne semble pas probablement que sa partie positive - et la partie principale - sera préparée en premier. "Navires juvénaux", Pour les petites exceptions régionales, pas encore visibles et non entendues, et cette partie de celui-ci, qui est engagée dans la "protection des droits et intérêts des enfants" se développe rapidement et activement .

La loi sur le patronage social a déjà été adoptée, qui fournit en réalité l'occasion de divers abus, ce qui provoque des préoccupations particulières des opposants à la justice juvénile.

Добавить комментарий